Agrandir la taille du texteRéduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer cette page

Accueil >Tourisme >Culturel >Musés

Musés

Les murales de Vankleek Hill


Quatre murales, peintes par Elizabeth Skelly et Odile Têtu, artistes locales, illustrent des scènes marquantes d'autrefois pour la ville. La première, peinte en 1990 sur le mur Ouest d'un édifice à l'intersection des rues Main et Home, la seconde (1992), prolongation de la première, met en évidence quelques commerces existants un siècle passé à Vankleek Hill.

La troisième, 1995, mur nord du Magasin général Méthot sur la rue High, montre l'hôtel de ville démolie en 1967, originalement église, puis salle de danse et théâtre, avant de devenir hôtel de ville. La quatrième (2000), mur sud d'un édifice à l'intersection des rues High et Main, est une courtepointe démontrant le caractère des gens de la ville et des événements passés et actuels, incluant la Tempête de verglas. [ pour plus d'informations... ]

Le bestiaire mural nº 1: peint sur le mur Ouest de l'édifice abritant Farmer's Supply sur la rue Main à Vankleek Hill, a été conçu et peint par Susan Jephcott, artiste locale et quinze de ses amis. La murale est un hommage à la ville et à sa communauté artistique qui, sous le thème d'animaux, constitue un chef d'oeuvre en unissant l'effort et la créativité de ces quinze artistes pour créer au bout de quatre à cinq semaines cette surprenante réalisation. [ Pour plus d'informations... ]

Le Couvent du Sacré Coeur


Le Couvent du Sacré Coeur, refuge paisible situé à l'est de l'église catholique Saint-Grégoire de Vankleek Hill, fut bâti en 1886 et utilisé comme couvent pour les Soeurs de Sainte Marie de Namur et comme pensionnat pour jeunes filles des années durant.

Magnifique édifice en briques rouges, de trois étages, entouré de parterres et de jardins fleuris, sert maintenant de maison de retraite pour les religieuses.



Vestiges architecturaux des Higginson


La Grange ronde des Higginson: Sur la route 34, en 1893-1894, Thomas Tweed Higginson concevait et bâtissait sa grange ronde, pour alimenter son bétail plus facilement.

Le foin fauché, engrangé au deuxième étage et l'étable au premier encerclaient un silo central.

En 1936, une tempête arrachait tellement de bardeaux de bois artisanaux que le toit dut être refait et remplacé par de l'aluminium.

Opérationnelle jusque vers 1965, la grange abrite maintenant de l'équipement aratoire et des véhicules... et de précieux souvenirs pour Mme Frankie Higginson.

Visites sur rendez-vous seulement, sans frais.

La Tour des Higginson (à la Galerie Arbor): En 1829, Thomas Higginson construisit la Tour qui servait de moulin à vent pour moudre le grain.

Les vents, alimantant le moulin, étant inconstants, causèrent la fin des opérations. En 1865, lorsque les Républicains irlandais aux États-Unis envahirent le Canada, alors sous domination anglaise, le moulin à vent devint une "tour de garde". Ses pales furent enlevées et la base de pierre rallongée par une haute structure de bois.

À la fin du 19e siècle, les membres de la famille Higginson et des étudiants locaux l'utilisèrent comme observatoire astronomique.



Ancienne Prison de L’Orignal (1825-1998)


En 1823, on entreprend des discussions pour construire un palais de justice et une prison à L'Orignal pour le District d'Ottawa. Jacob Marston, un notable de l’endroit, offre deux acres de terre pour en permettre la construction.

En 1825, on inaugure un bel édifice en pierre de style classique néo-loyaliste. L’immeuble est agrandi à plusieurs reprises, notamment en 1850 avec l’aile ouest et en 1862 avec l’aile est.

En 1962, on ajoute les bureaux administratifs des Comtés unis de Prescott et Russell. La plus ancienne prison de l’Ontario ferme ses portes en 1998, mais le deuxième étage demeure occupé par le palais de justice.

Avec sa belle coupole et sa toiture orange, ce bâtiment unique s’avère le plus significatif pour L’Orignal, aujourd’hui regroupé à la municipalité de Champlain. L’importance de ce complexe patrimonial dépasse les frontières des Comtés unis de Prescott et Russell. En effet, il s’agit du plus ancien palais de justice encore en fonction en Ontario et l’un des rares exemples de bâtiment ayant logé le gouvernement local avant l’adoption de la Loi municipale de 1849.

En fait, ce lieu demeure un témoin privilégié de toutes les étapes affectant le gouvernement régional et de l’évolution du système judiciaire en Ontario depuis 1825, soit près de deux siècles. Ce complexe s’avère non seulement le plus ancien bâtiment public des Comtés unis, mais aussi l’un des plus significatifs de l’Ontario, particulièrement pour la communauté franco-ontarienne.

Lors de sa fermeture, il est le seul centre carcéral francophone de l’Ontario. La prison de L’Orignal était reconnue pour ses excellents programmes éducatifs, de pastorale et de santé offerts en français. Bref, ce lieu constitue un témoin de la présence francophone en Ontario. Nous vous invitons à découvrir l’Ancienne prison de L’Orignal, telle qu’elle était en 1998.